Le décollement de la retine

Le décollement de la rétine est l’apparition d’une lame de liquide dans la rétine avec dissociation des feuillets rétiniens. Ce phénomène est le plus souvent provoqué par l’apparition soudaine de déchirures sur la rétine.

Les facteurs de risques de décollement de rétine sont la myopie, les antécédents familiaux de décollement de rétine, la chirurgie de la cataracte, le diabète et les traumatismes oculaires.

Quel est le traitement d’un décollement de rétine ?

Le traitement d’un décollement de rétine est chirurgical. En l’absence de traitement il existe un risque de perte définitive et irréversible de la vision.

Le traitement est urgent, l’intervention doit être réalisée dans les 24/48H dans la mesure du possible.

L’intervention se déroule au bloc opératoire sous microscope opératoire. L’intervention est non douloureuse. L’anesthésie peut être locale, par injection d’un produit anesthésiant autour de l’œil ou bien générale. Le plus souvent l’intervention se fait en ambulatoire ce qui signifie que le patient rentre chez lui à la fin de la journée après accord du chirurgien.

Le but de la chirurgie est d’identifier la ou les déchirures en cause et de les traiter soit avec du laser soit avec une cryode froide afin de permettre au décollement de rétine de se réappliquer.

Une éponge appelée également indentation peut être mise en place autour de l’oeil dans certains cas.

Dans d’autres cas, on réalise une vitrectomie avec mise en place d’un tamponnement interne. Ce tamponnement est le plus souvent un gaz qui se résorbe spontanément et parfois du silicone qui reste en place dans l’œil et qu’il faut retirer dans un deuxième temps.

A la sortie du bloc opératoire, votre chirurgien peut vous préconiser de réaliser un positionnement de la tête face vers le sol pendant quelques heures avant de regagner votre domicile.

Vous sortez de la clinique le jour même avec une ordonnance de collyres et le compte-rendu opératoire.

Les suites opératoires ne sont pas douloureuses. Il n’est pas rare de ressentir une sensation de grain de sable dans l’œil opéré. Ceci est un phénomène tout à fait normal et habituel qui disparaît au bout de quelques semaines.

En revanche, vous devez absolument prévenir votre chirurgien en cas d’apparition brutale de douleur, associée ou non à des maux de tête.

La nuit, la protection de l’œil par une coque est souhaitable pendant 1 semaine. La journée, il n’est pas nécessaire de porter une protection. Par contre, il est impératif d’éviter les milieux poussiéreux et sales. Il est également souhaitable de ne pas aller à la piscine pendant les 3 semaines qui suivent la chirurgie.

Vous serez revu(e) en consultation par votre chirurgien.

En présence de gaz intra-oculaire la vision est très limitée les premières semaines. Ce gaz va se dissiper spontanément au bout de 5 à 8 semaines en fonction du gaz utilisé. Un niveau mobile est observé au bout de quelques jours lorsque la résorption du gaz a commencé. Le champ visuel se découvre en haut en bas jusqu’à disparition complète du gaz.

La présence de gaz contre-indique de façon formelle tout voyage en altitude au-delà 1000m ou en avion.

Il est impératif de prévenir tout médecin que vous pourriez être amener à consulter sur la présence de gaz dans votre œil notamment si une anesthésie générale est prévue alors que vous avez encore du gaz dans l’œil.

Tout geste chirurgical comporte des risques et des complications possibles.

Le décollement de rétine peut récidiver et nécessiter une ou plusieurs nouvelles interventions en raison de l’apparition de nouvelles déchirures ou en raison de l’apparition d’une prolifération vitréo-rétinienne.

Des hypertonies oculaires sont possibles en post-opératoire notamment en présence de gaz dans l’œil.

Le risque d’infection oculaire appelée endophtalmie est faible  : 1-2 pour mille, mais présent malgré toutes les précautions d’asepsie au bloc opératoire. L’endophtalmie se manifeste pour une douleur anormale et/ou une baisse de vision. Une prise en charge en urgence avec hospitalisation pour traitement antibiotique est nécessaire. Le traitement en urgence permet le plus souvent la guérison mais une baisse de vision est cependant possible.

D’autres complications telles que l’inflammation ou l’hypertension oculaire sont possibles et leurs traitements donnent de bons résultats.

Un effet secondaire fréquent de la vitrectomie est l’accélération du processus de cataracte dans les mois qui suivent la chirurgie. Il se traduit par une baisse de vision secondaire. Son traitement est chirurgical et permet la récupération du bénéfice visuel retrouvé après la chirurgie de la membrane.

Taille de caractères
Contraste

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer