Le Glaucome

Qu’est ce que le glaucome ?

Le décollement de la rétine est l’apparition d’une lame de liquide dans la rétine avec dissociation des feuillets rétiniens. Ce phénomène est le plus souvent provoqué par l’apparition soudaine de déchirures sur la rétine.

Les facteurs de risques de décollement de rétine sont la myopie, les antécédents familiaux de décollement de rétine, la chirurgie de la cataracte, le diabète et les traumatismes oculaires.

Source : Société Française du Glaucome – 2011

L’augmentation de la pression oculaire retentit sur le fonctionnement du nerf optique (1), en détruisant progressivement les fibres visuelles, aboutissant à une amputation, elle aussi progressive du champ visuel (2).

Le glaucome touche 1 à 2 % de la population de plus de 40 ans et environ 10 % après 70 ans. Environ 800 000 personnes sont traitées en France mais 400 000 à 500 000 présenteraient la maladie sans le savoir. Une telle fréquence justifie que la mesure de la pression oculaire soit faite régulièrement, pendant un examen ophtalmologique.

Il est conseillé de voir son médecin spécialiste tous les deux ans environ (à partir de 45 ans) pour réaliser ces mesures.

Dans les pays développés, le glaucome est la première cause de cécité absolue. Les autres causes fréquentes de baisse de vue sont la dégénérescence maculaire liée à l’âge et la cataracte. Ces deux dernières maladies n’ont rien à voir avec le glaucome mais peuvent exister chez des patients glaucomateux.

Les différentes formes

Le glaucome chronique ou à angle ouvert – forme la plus fréquente – lié à la fermeture progressive du filtre d’évacuation, le trabéculum, est responsable d’une atteinte définitive du nerf optique et du champ visuel. Le nerf optique correspond à une partie du cerveau qui lui transmet les images de notre environnement et les lésions qui y surviennent ne peuvent pas régresser. Le glaucome n’est donc pas réversible. Le fait que ce phénomène soit progressif explique que le patient ne ressente pas l’augmentation lente de la pression oculaire. L’évolution est très lente et les premières gênes visuelles ressenties par les patients ne surviennent qu’environ 10 ans après le début de la maladie. De nombreux traitements médicaux existent, sous forme de collyres essentiellement. En cas d’échecs de ceux-ci, il faut avoir recours au laser ou à la chirurgie. Dans l’immense majorité des cas, le glaucome est contrôlable avec une vision qui se stabilise, à condition d’être régulièrement suivi par son ophtalmologiste afin d’en faire le diagnostique tôt et bien le traiter.

Source : Société Française du Glaucome – 2011

Glaucome à angle ouvert (examen en OCT)

Le glaucome aigu ou par fermeture de l’angle, forme relativement rare est une maladie brutale qui associe douleur violente des yeux, œil dur et baisse de la vue. Il est dû à une fermeture spontanée de l’angle par lequel passe le liquide intra-oculaire (humeur aqueuse), cet angle est obturé par l’accolement en quelques instants de l’iris au filtre d’évacuation. Cette fermeture explique que ce glaucome aigu est appelé glaucome par fermeture de l’angle. C’est une grande urgence ophtalmologique.

Les facteurs de risque les plus importants sont :

  •  l’hypermétropie
  •  un âge supérieur à 50 ans
  •  un début de cataracte
  •  le sexe féminin
  •  le stress

 

Dans le cas particulier du glaucome par fermeture de l’angle, la réalisation d’une ouverture dans l’iris au laser permet de supprimer définitivement le risque de survenue du glaucome et rend ainsi cette forme particulière de glaucome réversible. Cette ouverture s’appelle iridotomie lorsqu’elle est pratiquée au laser et iridectomie lorsqu’elle est réalisée chirurgicalement.

Source : Société Française du Glaucome – 2011

Glaucome par fermeture de l’angle (examen en OCT)

Il existe par ailleurs aussi des glaucomes très rares survenant dès la naissance et appelés glaucomes congénitaux. Leur traitement est chirurgical d’emblée.

Enfin, un glaucome peut se déclencher à la suite d’une autre maladie de l’œil comme une inflammation ou un traumatisme.

Le traitement a pour but d’arrêter la maladie sans pouvoir la faire régresser.

Il existe cependant quelques cas d’excès de pression oculaire qui régressent spontanément en quelques mois. Ces formes d’hypertonies oculaires isolées – sans glaucome vrai – peuvent donc être réversibles.

En l’absence de prise en charge, il aboutit parfois à la cécité complète, c’est à dire à la perte de toute vision. Heureusement, cette grave complication reste actuellement très rare.

Taille de caractères
Contraste

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer